Pourquoi

avons nous des

Cicatrices ?

derme-coupe.jpg

​La peau est constituée de trois couches superposées :

–l’épiderme à l’extérieur, constitué de cellules appelées kératinocytes ;
–le derme, très épais, constitué de cellules de tissu conjonctif et de substance intercellulaire ;
–l’hypoderme, qui est la couche graisseuse superficielle.

Une lame de cellules, très importante fonctionnellement, sépare l’épiderme du derme. Il s’agit de la couche basale, constituée d’une seule couche de kératinocytes, de forme rectangulaire, alignés verticalement, et qui reposent sur une lame fibreuse nommée lame basale.

Une cicatrice cutanée est inévitable quand la totalité de l’épaisseur de l’épiderme, jusqu’au derme, est endommagée ou détruite.
Ceci se produit lors de toute incision cutanée par le bistouri du chirurgien, quel qu’ en soit la cause.

Lors d’un traumatisme cutané, quel qu’ en soit la cause, si le derme n’est pas atteint et qu’ il persiste au fond de la plaie des crêtes épidermiques, la cicatrisation de la peau ne sera jamais à l’origine d’ une cicatrice visible.


La cicatrice visible sur la surface de la peau est causée par la formation de tissu conjonctif néoformé (cellules fibreuses entourées de substance intercellulaire) que j’appelle le trait cicatriciel.


Mais sa formation n’est pas immédiate.

Que se passe-t-il juste après une suture cutanée?


Dans les heures qui suivent, il se produit une mobilisation des cellules de l’épiderme (les kératinocytes) et notamment des cellules de la couche basale et des kératinocytes des diverses couches des berges de la plaie sur 1 à 2 mm de largeur.


Les cellules prennent leur place définitive et comblent tout l’espace. La migration est terminée.


Plus rien ne bouge durant 1 à 2 jours.


Puis, la multiplication cellulaire épidermique, encore appelée épithélialisation, débute, toujours à partir des kératinocytes de la basale mais aussi à partir des berges de la plaie sur 1 à 2 mm.


La division des cellules, encore appelée mitose cellulaire, se met alors en marche.


Les cellules basales se différencient en cellules superficielles ou cornées en passant par les différents stades intermédiaires.
Au début, cette différenciation est rapide, 4 à 5 jours, alors que sur une peau normale, les cellules basales mettent 14 à 18 jours pour devenir des cellules cornées .


Il faut préciser deux aspects très important de l’épidermisation :


–elle est continuelle : la peau se renouvelle toujours, normalement, en 15 à 18 jours. De mois en mois, on possède donc une peau toujours différente, bien qu’elle possède le même aspect visuel;
–elle est infinie : à cause de cellules souches situées dans la couche de cellules basales. En effet, les kératinocytes de cette couche basale se différencie de deux façons :
–soit vers la formation de cellules souches, en réserve ;
–soit vers les cellules épineuse puis granuleuses jusqu’à la couche cornée.

En 2 à 3 semaines, se forment alors le trait cicatriciel qui est dû à la présence de ces mitoses.


Ce trait rosé voir rouge est un peu épais. Ce stade d’hyperplasie reste modéré (trait cicatriciel peu large et peu épais) et ne dure que 3 mois.


Alors commence le stade d’involution. Le trait cicatriciel s’améliore jusqu’au 6–8 ième mois. La limite utile quoiqu’ arbitraire des expertises médicochirurgicales, des indications de reprise chirurgicale et de l’appréciation du résultat est donc fixée à 12 mois.


Deux dogmes sont ainsi à retenir :


–jamais de retouche d’une cicatrice avant le 12e mois (sauf cas particulier) ;
–l’aspect esthétique d’une cicatrice ne peut être jugé qu’à l’issue de la première année qui suit la suture.

MON CABINET

10 rue Quentin Bauchart

75008 Paris, France

MES HORAIRES

Du lundi au vendredi : 9h-17h

samedi : 10h-14h

ME CONTACTER