avant / Après

cicatrices du corps

avantbras-femme.jpg

Cicatrice déhiscente

de la face postérieure du bras

Cicatrice de la face postérieure de l’épaule du bras et du coude droits, élargie, blanchâtre, avec des striations superficielles, non évolutive c’est-à-dire ni hypertrophiques ni chéloïde.

 

Cette cicatrice a déjà subi une première reprise cicatricielle avec peu d’amélioration.

Plusieurs séances de laser ont également été pratiquées.

Décision d’exérèse de la cicatrice avec Adhesion Flap ou lambeau  d’accolement.

Le décollement sous cutané est très étendu sur quasiment toute la circonférence postéro interne et externe du bras et du coude.

 

Résultats à 6 mois montrant une cicatrice fine avec persistance d’un léger bourrelet qui s’effacera complètement à la fin de la première année.

 

Cette cicatrice n’est ni hypertrophique, ni élargie.

Ma patiente est ravie du résultat esthétique

Cicatrice chéloïde

de la base du cou

Petite cicatrice chéloïde de la base du cou chez une jeune femme à la peau blanche .

 

Cette cicatrice chéloïde fait suite à l’exérèse d’un nævus ou grain de beauté.

Une tentative chirurgicale d’ablation de cette hypertrophie a déjà été réalisée ailleurs, sans succès.

Décision d’exérèse intra cicatricielle, c’est-à-dire laissant un peu de fibrose, sorte de mémoire, au fond de la cicatrice et non sur les berges latérales comme il est pratiqué plus régulièrement.

En effet, à mon sens, le fait de laisser de la cicatrice sur les berges obère la qualité du résultat esthétique définitif sans limiter de façon évidente la récidive de l’hypertrophie et de la chéloïde .

Ensuite sont réalisés un décollement large et des lambeaux de fermeture type Adhésion Flap.

Le résultat à 9 mois, après observance d’ un protocole cicatriciel très précis et quotidien , note l’ absence de récidive de la cicatrice hypertrophique.

cou-femme.jpg
poignet-femme.jpg

Cicatrice

en échelle de perroquet

de la face dorsale du poignet

Cicatrice de la face dorsale du poignet élargie, blanchâtre, avec striations superficielles mais sans dépression, en échelle de perroquet suite à un défaut de suture.

 

 

Décision d’exérèse complète de la cicatrice associé à un large  décollement sous cutané du poignet et de l’avant-bras permettant la constitution d’un bourrelet assez épais,  selon la technique  d’Adhesion Flap ou lambeau d’accolement.

 

Le bourrelet s’est effacé spontanément en 5 semaines et a laissé place à une cicatrice fine, non élargie, stable, non hypertrophique et de coloration normale comme le montre le résultat à un an.

 

Ma patiente est ravie du résultat esthétique.

Cicatrice

de la plaque aréolo-mamelonnaire

Cicatrice des aréoles suite à la mise en place de prothèse mammaires avec défaut de suture initiale.

 

 

Cette cicatrice est déhiscente, élargie, mais plane, sans hypertrophie, non pigmentée ou achromique et même légèrement rosée.

 

Elle reste très visible et gêne ma patiente dans son intimité.

 

Décision d’exérèse complète avec décollement sous cutané de l’aréole et création d’un bourrelet selon la technique de l’Adhésion Flap.

 

Ce bourrelet a disparu en 3 semaines et a laissé place à une cicatrice fine, assez pigmentée, non élargie, non inflammatoire, plane et qui ne gêne absolument plus ma patiente.

 

Pour améliorer encore cette cicatrice, on aurait pu proposer une séance de laser CO2 pulsé. A mon sens, le laser n’est efficace que sur une cicatrice qui est déjà de très bonne qualité.

 

Une exposition solaire, à la condition d’éviter tout coup de soleil, pourra éventuellement parfaitement pigmenter le fin trait cicatriciel et le rendre presque invisible.

teton.jpg
naevus-fillette.jpg

Cicatrice chéloïde

de l'épaule et de la face externe du bras

Cicatrice chéloïde de l’épaule et de la face externe du bras droits.

 

 

Cette cicatrice qui a déjà fait l’objet de 2 reprises cicatricielles classiques avec, à chaque fois, récidive de la chéloïde.

 

Cette cicatrice chéloïde est très inflammatoire et douloureuse.

 

Décision d’exérèse intra cicatricielle c’est-à-dire laissant un peu de cicatrice au fond de la plaie mais pas sur les bords comme il est classiquement pratiqué.

Cet artifice améliore à mon sens l’aspect cicatriciel définitif.

 

Une iridiothérapie est ensuite effectuée dans le service de radiothérapie de l’hôpital Tenon à Paris selon un protocole extrêmement précis afin d’éviter toute complication secondaire.

 

Un tube fin de silicone est laissé en place dans la cicatrice et la patiente est dirigée le soir même de l’intervention dans le service de radiothérapie ou, dans ce tube,  est introduit pendant 48 heures  un fil d’iridium selon un dosage précis et adapté à chaque cas.

 

Ensuite, le tube est enlevé par le chirurgien au cabinet, sans anesthésie, et de façon indolore, 3 jours après l’opération.

 

Le résultat à 8 mois montre que la zone du bras est correcte mais la zone supérieure de l’épaule reste encore hypertrophique.

 

C’est dire les difficultés du traitement des cicatrices chéloïdes en général.

 

Néanmoins la cicatrice est stable et non évolutive.

 

Ma patiente est très satisfaite du résultat.

Cicatrice chéloïde

péri aréolaire

Cicatrice circulaire  autour de l’aréole après une intervention de réduction mammaire effectuée ailleurs.

 

 

Cette cicatrice est épaissie, élargie, évoluant depuis plus de 18 mois définissant une cicatrice chéloïde. Elle est  par endroit et par moment  douloureuse et très gênante dans l’intimité de ma jeune patiente.

 

Décision d’exérèse intra cicatricielle en laissant de la cicatrice chéloïde au fond de la plaie mais en enlevant toute la cicatrice au niveau des bords contrairement à la technique classique.

 

Création d’un lambeau d’accolement dont le bourrelet est appuyé en profondeur sur les reliquats cicatriciels.

 

Le résultat à l’issue de la première année montre une cicatrice très fine, presque invisible à certains endroits, sans aucune hypertrophie et parfaitement pigmentée.

 

Ma patiente est ravie du résultat esthétique.

teton3.jpg
nuque-homme.jpg

cicatrice large et profonde

de la nuque

Cicatrices latérocervicale gauche et de la nuque.

 

 

Il s’agit de cicatrices apparues après  des infections cutanées secondaires  à des kystes infectés.

 

Plusieurs exérèses ont été effectuées ailleurs.

 

Le résultat montre un élargissement cicatriciel important avec des striations profondes en superficie. La cicatrice est légèrement rosée, non chéloïde et non hypertrophique. Elle est parfois douloureuse. Il n’existe plus d’épisodes infectieux de la peau à cet endroit.

 

Mon patient est très gêné psychologiquement par ses cicatrices car elles donnent l’impression visuelle d’une maladie de la peau, selon ses propres termes.

 

Décision d’exérèse des cicatrices associée à un large décollement sous cutané s’étendant sur la totalité du cou et de la nuque.

 

Création d’un lambeau d’accolement ou Adhesion Flap, très large et épais qui disparaîtra en 6 semaines.

 

L’aspect cicatriciel à un an montre une cicatrice relativement peu élargie, assez plane, et peu inflammatoire avec quelques striations superficielles.

 

La zone de la nuque est extrêmement difficile à traiter car la peau est ici très épaisse et la région très mobile et difficile à immobiliser.

 

Le traitement local doit encore être poursuivi.

 

Mon patient est ravi du résultat esthétique.

Cicatrice pigmentée, large

de la face antérieure de la jambe droite

Cicatrice arrondie, pigmentée, de 3 cm de diamètre, survenue dans le cadre d’une maladie bulleuses mal étiquetée, touchant d’autres parties du corps , en plusieurs épisodes , chez une jolie jeune femme...

 

Il s’agit d’une zone difficile mais l’exérèse est quand même décidée tant le gêne est importante, en 2 temps opératoires et suture par lambeau d’accolement ou Adhesion Flap.

 

Le décollement des lambeaux latéraux est très étendu sur la face antérieure et les faces latérales de la jambe.

 

Le bourrelet visible sur le cliché du milieu persistera 5 semaines avant de disparaitre complètement, protégeant ainsi la cicatrice de l’élargissement.

 

Une greffe graisseuse ou lipofilling a été nécessaire en fin de procédure afin de combler une dépression sous la cicatrice due à une très forte tension à ce niveau.

 

Le résultat à 8 mois est de bonne qualité, malgré une légère rougeur de la peau qui disparaîtra progressivement en1 an.

 

L’aspect définitif d’une telle reprise cicatricielle ne peut être jugé que 2 ans après l’opération.

 

Ma patiente est ravie du résultat.

jambe-femme.jpg
rein-avant-apres-noir.jpg

Cicatrice abdominale et lombaire droite

après néphrectomie chez un homme de 30 ans

Cette cicatrice est élargie et pigmentée et contient quelques zones chéloïdes. Sa partie postérieure est parfois douloureuse.

Décision d’exérèse par lambeau d’accolement ou Adhésion Flap.

Le décollement du lambeau supérieur et du lambeau inférieur est très étendu sur environ 15 cm de hauteur chacun.

L’accolement est très épais et s’aplatit en 6 semaines.

L’aspect postopératoire observé au 10e mois est de bonne qualité.

La douleur a complètement disparu et une éventration médiane de petite taille a été réparée dans le même temps opératoire.

Cicatrice péri aréolaire gauche

après réduction mammaire

Chez cette jeune femme de 20 ans, la cicatrice périaréolaire est élargie et on note une cicatrice dans le sillon sous mammaire.

Décision de reprise avec la technique personnelle de l’Adhesion Flap sur l’ensemble des cicatrices et remodelage glandulaire des 2 seins.

Le résultat à 9 mois montre une cicatrice très discrète.

Ma patiente est ravie.

avant-apres-areole.jpg
cheloide-thorax.jpg

Cicatrice sternale chéloïde arciforme

à la suite de kystes cutanés infectés qui ont été précédemment enlevés chirurgicalement

Cette région sternale est réputée pour donner fréquemment des cicatrices chéloïdes à l’instar du moignon de l’épaule, du cou et du dos.

J’ai effectué une exérèse cicatricielle par Adhésion Flap avec un large décollement sous cutané de toute la région thoracique afin de créer un bourrelet épais, protégeant au maximum la cicatrice de l’élargissement.

Une astuce afin de soulager la traction sur la cicatrice et donc son élargissement secondaire, a été de diminuer le volume des seins par une réduction mammaire bilatérale avec cicatrice courte,  péri aréolaire et verticale.

Cette réduction mammaire a diminué le poids des seins et donc les forces de  traction vers le bas infligées à la cicatrice.

Le résultat présenté est à 5 mois.

La cicatrice est rosée, légèrement inflammatoires et hypertrophique.

Cet aspect nécessite l’application matin et soir et de manière très précise (sans enduire la peau saine voisine) de crèmes aux corticoïdes.

Je fais également placer la nuit des plaques de gel de silicone jusqu’à disparition complète de cette hypertrophie.

On peut noter que les cicatrices situées autour de l’aréole et  sur la verticale au niveau des seins sont déjà beaucoup plus matures, non inflammatoires et non hypertrophiques, alors qu’au niveau du sternum, la cicatrice a quand même tendance à l’hypertrophie.

Cette patiente a dû partir à l’étranger et je ne l’ai plus revue en consultation.

Cicatrice située autour de l’ombilic

après une plastie abdominale

J’insiste toujours sur l’importance de l’aspect de l’ombilic pour juger de la qualité d’une plastie abdominale.

 

Trop souvent, l’ombilic est trop large, ou trop petit, ou trop enfoui, ou trop étalé, trop bas situé, trop haut situé, dévié à droite ou à gauche, trop plat, trop superficiel, ou trop profond, circonscrit par une cicatrice trop visible…

En définitive, un ombilic qui ressemble à tout sauf à ce qu’il devrait ressembler.

 

L’aspect de l’ombilic peut complètement gâcher le résultat d’une plastie abdominale par ailleurs de bonne qualité.

 

Dans ce cas, l’ombilic a été réduit en largeur, approfondi, la cicatrice qui l’entoure est moins large et l’aspect global est beaucoup plus naturel.

avantapres-periombilical.jpg
avantapres-plasti.jpg

Cicatrice du ventre mal placée

après plastie abdominale

Patient de 52 ans ayant subi 4 ans auparavant une mini plastie abdominale sans transfert de l’ombilic.

 

La cicatrice horizontale sus pubienne est trop haut située, trop proche de l’ombilic,  étalant vers le haut le triangle pileux pubien qui semble exagérément développé.

 

De plus la cicatrice est trop horizontale.

 

On note également des plis au-dessus de l’ombilic par excès de peau.

 

Il existe également un excès de graisse latéralement, sur les  flancs.

 

Décision d’exérèse cutanéo graisseuse sous ombilicale avec transfert de l’ombilic, rapprochement des muscles grands droits de l’abdomen sur la ligne médiane (cure du diastasis des muscles grands droits) et lipo-aspiration des flancs de manière à diminuer au maximum la largeur de la taille.

 

La cicatrice est encore rosée, un peu épaisse, mais elle est bien orientée, concave vers le haut. Il existe une petite oreille à droite.

 

L’ombilic a un assez aspect naturel.

 

La peau est parfaitement tendue, sans exagération, de manière naturelle.

Il existe un affinement de la taille.

 

L’aspect définitif ne pourra être jugé que 18 mois après l’opération mais ma patiente est déjà très satisfaite du résultat.

Cicatrice abdominale sus ombilicale

chez une femme de 28 ans à la suite du traitement d’un ulcère gastrique

On note une cicatrice abdominale sus ombilicale, légèrement latéralisée à droite, déhiscente, avec des échelles de perroquet très larges.

L’ombilic est dévié à gauche.

 

Ma patiente est très complexée par cette cicatrice qui la gène dans sa vie intime et lui rappelle chaque jour de très mauvais souvenirs.

Elle a pris l’avis de plusieurs chirurgiens qui refusent de l’opérer.

 

Décision d’exérèse de la cicatrice emportant les échelles et de réorientation de l’ombilic.

 

Un large décollement sous cutané de toute la paroi abdominale est effectué de manière à obtenir une laxité cutanée permettant la création d’ un large bourrelet cutané qui, présent pendant 5 à 6 semaines, évitera l’ élargissement de la cicatrice sous l’effet des forces de tension latérales.

 

L’aspect 8 mois après l’opération montre une cicatrice fine, plane, légèrement rosée, sans hypertrophie nette, avec un ombilic bien placé et non cicatriciel.

 

Ma patiente est ravie du résultat.

avantapres-abdo.jpg

MON CABINET

10 rue Quentin Bauchart

75008 Paris, France

MES HORAIRES

Du lundi au vendredi : 9h-17h

samedi : 10h-14h

ME CONTACTER