Les

cicatrices

Les

cicatrices

cicatice-normale3.jpg

CICATRICE

NORMALE

La peau est une barrière de protection contre les agressions extérieures dont l’importance est primordiale.

La réparation des blessures de la peau est l’un des processus biologiques les plus complexe et doit se produire très rapidement après le traumatisme.

Après la blessure ou l'incision cutanée, de multiples voies biologiques sont immédiatement activées pour réparer les tissus lésés.

 

La cicatrice linéaire ou trait cicatriciel, succédant à une suture cutanée, est constituée d’un régénérât de néo-tissu conjonctif et épidermique, dont la formation est déclenchée par des interactions complexes entre des cellules du sang (plaquettes, polynucléaires neutrophiles, macrophages) déversées au fond de la plaie chirurgicale après les minimes déchirures de petits vaisseaux et l’extravasation de sang qui en découlent. Leurs interactions complexes au moyen de facteurs de croissance variés, activent les fibroblastes au sein de la matrice extra cellulaire.

C’est ce que l’on appelle la phase inflammatoires de la cicatrisation.

Il se produit une rapide interposition de fibrose qui a l’avantage de former une barrière aux agents infectieux mais qui, d’un autre côté, empêche une parfaite régénération de la peau sans cicatrice.

Quelques heures après le traumatisme, les cellules épidermiques entame la phase de ré-épithélialisation.

Les cellules de l’épiderme se mobilisent 24 heures après le traumatisme et prolifèrent .

Ils se forment alors un tissu de granulation et une néovascularisation qui se réorganisent progressivement ainsi qu’ une contraction de la cicatrice.

À la troisième semaine, débute une phase d’hyperplasie cicatricielle qui est maximale vers le troisième mois, et est marquée par un petit bourrelet linéaire rosé, plus ou moins induré, indolore.

L’hyperplasie normale se résorbe en trois à six mois : le petit bourrelet s’ aplatit et blanchit.

L’aspect esthétique de la cicatrice s’ améliore pendant encore un an, aboutissant à une cicatrice blanchâtre, voir une cicatrice quasi invisible, très fine, se fondant dans la peau claire avoisinante.

Néanmoins on considère qu’une cicatrice est à maturité, un an après la suture.

CICATRICE

hypertrophique

Les cicatrices cutanées défectueuses (inesthétiques ou vicieuses) sont stables et présentent essentiellement un défaut anatomique.

 

Contrairement aux cicatrices pathologiques (hypertrophiques ouchéloïdes), elles ne présentent aucune anomalie évolutive.

 

Il existe de nombreuses formes cliniques et les possibilités thérapeutiques sont nombreuses.


 

cicatrice-defectueuse.jpg
types-cicatrices-seins.jpg

Au début, juste après la disparition du bourrelet , soit 4 semaines après l’intervention, la cicatrice est fine et rosé.

Assez régulièrement, cette cicatrice évolue vers une hypertrophie dont l’intensité est maximale vers le troisième mois , comme on peut le constater sur cette cicatrice (A) située autour de d’ une aréole, suite à une plastie mammaire de réduction.

Cette cicatrice hypertrophique évolue vers la résorption ,soit spontanément , soit plus rapidement sous l’ effet d’ un traitement cutané local adapté à chaque cas.

On note (B) que, dans certaines zones, la cicatrice est mature, presque invisible, alors que, dans d’autres zones, elle reste encore légèrement hypertrophique. Cette phase dure habituellement du troisième au cinquième mois postopératoire.

L’aspect définitif (C) est obtenu vers le huitième mois, parfois un peu plus.

On note que la cicatrice autour de l’aréole est très peu visible.

C’est dire qu’il faut insister sur l’importance du traitement local de la cicatrice par des produits adaptés à son évolution (crèmes variées, gel de silicone, compression, massages...).

Ce traitement doit être débuté très précocement , dès le septième jour après l’opération, poursuivi pendant plusieurs mois et surveillé par le chirurgien lui-même environ toutes les 6 semaines.

Tout ceci permet d’éviter au maximum l’hypertrophie et obtenir une cicatrice définitive de très bonne qualité esthétique.

C’est dire que la motivation de ma patiente ou de mon patient doit être importante et prolongée.

cicatrice

cheloide

La définition d’une cicatrice chéloïde est la présence d’une cicatrice hypertrophique qui persiste au-delà du 18e mois après la suture.

Elle ressemble à une cicatrice hypertrophique mais souvent encore plus épaisse, encore plus rouge et assez souvent douloureuse.

La pathogénie de ce type de cicatrice reste encore obscure.

 

Les facteurs favorisants sont les suivants : peau pigmentée noire ou jaune, nourrisson ou enfant du premier age, localisation ( sternum, moignon de l’épaule, cou, lobe de l’oreille et partie inférieure du visage).

cicatrice-hyper.jpg
cicatrice-defectueuse.jpg

cicatrices

defectueuses

Les cicatrices cutanées défectueuses sont des cicatrices inesthétiques et stables, c’est-à-dire matures et non évolutives contrairement  aux cicatrices hypertrophiques et  aux cicatrices chéloïdes précédemment décrites.

 

Ces cicatrices défectueuses présentent toutes un défaut anatomique,

parfois  en conséquence de l’action du bistouri du chirurgien, ailleurs secondaire à un traumatisme externe dont le traitement initial a pu être plus ou moins bien effectué.

 

L’incision cutanée réalisée par le chirurgien en début d’opération et ce, quelque soit l’intervention en cause,  n’est jamais un acte bénin. Il doit être réfléchi et effectué selon une stratégie adaptée...

MON CABINET

10 rue Quentin Bauchart

75008 Paris, France

MES HORAIRES

Du lundi au vendredi : 9h-17h

samedi : 10h-14h

ME CONTACTER