acceuil-consequences.jpg

Quelles sont les conséquences des cicatrices sur la personne ?

 

Vous n’êtes pas seul(e)s à posséder des cicatrices. C’est même une véritable pathologie extrêmement fréquente alors que, paradoxalement, beaucoup de personnes en souffrent sans vraiment en parler.


Les problèmes sont certes esthétiques mais aussi et surtout psychologiques. En dehors de toute dysmorphophobie, une cicatrice se révéler gênante psychologiquement sans être très visible, notamment au niveau du visage car, tous les jours, le reflet du miroir nous rappelle ce très mauvais souvenir. L’intervention est alors réussie quand le patient(e) peut se regarder dans le miroir et ne plus y penser.


Mais les séquelles peuvent être aussi articulaires : les brides cutanées qui entravent la mobilité de manière plus ou moins importante.
Enfin, ne pas oublier les séquelles douloureuses, notamment en présence d’ une cicatrice hypertrophique voire chéloïde et les démangeaisons (ou prurit) parfois très gênantes.

Les cicatrices sont donc extrêmement fréquentes et souvent invalidantes à l’origine d’importantes perturbations relationnelles et psychologiques surtout en France ou la cicatrice cutanée est relativement mal acceptée contrairement à d’ autres pays, comme les USA, pays ou le maquillage est souvent plus prononcé et permet de la masquer.


C’est répéter l’importance d’une cicatrice la moins visible possible présentant un trait cicatriciel fin, plat, de couleur normale effectuée selon une technique parfaitement adaptée, le lambeau d’accolement ou Adhesion Flap que j’utilise depuis plus de 15 ans et qui donne satisfaction à la majorité de mes patient(e)s.
 

La peau est constituée de trois couches superposées :

– l’épiderme à l’extérieur, constitué de cellules appelées kératinocytes ;
– le derme, très épais, constitué de cellules de tissu conjonctif et de substance intercellulaire ;
– l’hypoderme, qui est la couche graisseuse superficielle.

Une lame de cellules, très importante fonctionnellement, sépare l’épiderme du derme. Il s’agit de la couche basale, constituée d’une seule couche de kératinocytes, de forme rectangulaire, alignés verticalement, et qui reposent sur une lame fibreuse nommée lame basale.

Une cicatrice cutanée est inévitable quand la totalité de l’épaisseur de l’épiderme, jusqu’au derme, est endommagée ou détruite.


Ceci se produit lors de toute incision cutanée par le bistouri du chirurgien, quel qu’en soit la cause.
 

derme5.jpg
nevus3-avant-apres-noir.jpg

Quelles sont les causes des cicatrices ?

Les causes des cicatrices sont extrêmement variables mais sont toujours en rapport avec une atteinte traumatique de la totalité de l’épaisseur de l’épiderme jusqu’au derme. Lors d’une atteinte plus superficielle, la cicatrice qui en résulte peut-être quasiment invisible.

A) Les cicatrices après les traumatismes opératoires :
Le bistouri du chirurgien crée des cicatrices postopératoires et ce, quelle que soit la spécialité.


Trois règles doivent présider lorsqu’on est prêt à inciser la peau de son patient :
– cicatrice la plus courte possible ;
– cicatrices la mieux placée possible ;
– cicatrice effectuée selon une technique parfaite.

Il y a encore 20 ans, les cicatrices créées par le chirurgien n’avaient aucune importance : « Grande cicatrice, grand chirurgien » disait on même alors. au début des années 90, la chirurgie cœlioscopique avec des ouvertures minuscules s’est rapidement vulgarisée notamment en chirurgie digestive et gynécologique.