avant / Après

cheloïde

cheloide-oreille.jpg

Cicatrice chéloïde

de l'oreille gauche

 

Cicatrice hypertrophique de l'oreille gauche grossissant progressivement 18 mois après le traumatisme initial : il s'agit de la définition d'une cicatrice chéloïde, une sorte d' "emballement" de la cicatrisation fibreuse habituelle.

 

 

Tout ceci est bénin mais les douleurs sont fréquentes. Mon patient portait depuis des années un pansement sur l'oreille afin d'éviter les regards.

Attention ! Le traumatisme initial peut être minime surtout sur peau pigmentée. Ici le simple percement du lobe de l'oreille.

Le résultats huit mois après l'exérèse chirurgicale, le remodelage de l'oreille, une radiothérapie externe, des applications quotidiennes de crèmes adaptées et une surveillance régulière afin d' éviter toute récidive.

Remerciements au Pr Emmanuel Touboul, chef du service de radiothérapie de l'hôpital Tenon à Paris (hospitalisation de jour) ainsi qu'à toute son équipe pour leur collaboration efficace dans le traitement de ce type de cicatrices.

Cicatrice chéloïde

de la nuque

Homme de 30 ans présentant à la suite d’un kyste infecté de la nuque, une cicatrice chéloïde c’est-à-dire hypertrophique évoluant depuis plus de 18 mois.

 

Cette cicatrice a déjà fait l’objet d’une reprise pratiquée ailleurs.

 

Décision d’exérèse intra cicatricielle avec Iridiothérapie secondaire.

Le patient n’est revu qu’un an après l’intervention sans avoir suivi le protocole cicatriciel post opératoire notamment l’application de crèmes aux corticoïdes très tôt après  l’intervention.

 

Il existe à nouveau une hypertrophie mais qui est stable, non évolutive et qui aurait très probablement pu être évitée par des soins locaux bien adaptés.

 

L’aspect satisfait néanmoins mon patient.

nuque-homme.jpg
cou-femme.jpg

Petite cicatrice chéloïde

de la base du cou

Petite cicatrice chéloïde de la base du cou chez une jeune femme à la peau blanche .

 

Cette cicatrice chéloïde fait suite à l’exérèse d’un nævus ou grain de beauté.

Une tentative chirurgicale d’ablation de cette hypertrophie a déjà été réalisée ailleurs, sans succès.

Décision d’exérèse intra cicatricielle, c’est-à-dire laissant un peu de fibrose, sorte de mémoire, au fond de la cicatrice et non sur les berges latérales comme il est pratiqué plus régulièrement.

En effet, à mon sens, le fait de laisser de la cicatrice sur les berges obère la qualité du résultat esthétique définitif sans limiter de façon évidente la récidive de l’hypertrophie et de la chéloïde .

Ensuite sont réalisés un décollement large et des lambeaux de fermeture type Adhésion Flap.

Le résultat à 9 mois, après observance d’ un protocole cicatriciel très précis et quotidien , note l’ absence de récidive de la cicatrice hypertrophique.

cicatrice chéloïde

de l'épaule

Cicatrice chéloïde de l’épaule et de la face externe du bras droits.

 

 

Cette cicatrice qui a déjà fait l’objet de 2 reprises cicatricielles classiques avec, à chaque fois, récidive de la chéloïde.

 

Cette cicatrice chéloïde est très inflammatoire et douloureuse.

 

Décision d’exérèse intra cicatricielle c’est-à-dire laissant un peu de cicatrice au fond de la plaie mais pas sur les bords comme il est classiquement pratiqué.

Cet artifice améliore à mon sens l’aspect cicatriciel définitif.

 

Une iridiothérapie est ensuite effectuée dans le service de radiothérapie de l’hôpital Tenon à Paris selon un protocole extrêmement précis afin d’éviter toute complication secondaire.

 

Un tube fin de silicone est laissé en place dans la cicatrice et la patiente est dirigée le soir même de l’intervention dans le service de radiothérapie ou, dans ce tube,  est introduit pendant 48 heures  un fil d’iridium selon un dosage précis et adapté à chaque cas.

 

Ensuite, le tube est enlevé par le chirurgien au cabinet, sans anesthésie, et de façon indolore, 3 jours après l’opération.

 

Le résultat à 8 mois montre que la zone du bras est correcte mais la zone supérieure de l’épaule reste encore hypertrophique.

 

C’est dire les difficultés du traitement des cicatrices chéloïdes en général.

 

Néanmoins la cicatrice est stable et non évolutive.

 

Ma patiente est très satisfaite du résultat.

naevus-fillette.jpg
teton3.jpg

Cicatrice chéloïde

péri aréolaire

Cicatrice circulaire  autour de l’aréole après une intervention de réduction mammaire effectuée ailleurs.

 

 

Cette cicatrice est épaissie, élargie, évoluant depuis plus de 18 mois définissant une cicatrice chéloïde. Elle est  par endroit et par moment  douloureuse et très gênante dans l’intimité de ma jeune patiente.

 

Décision d’exérèse intra cicatricielle en laissant de la cicatrice chéloïde au fond de la plaie mais en enlevant toute la cicatrice au niveau des bords contrairement à la technique classique.

 

Création d’un lambeau d’accolement dont le bourrelet est appuyé en profondeur sur les reliquats cicatriciels.

 

Le résultat à l’issue de la première année montre une cicatrice très fine, presque invisible à certains endroits, sans aucune hypertrophie et parfaitement pigmentée.

 

Ma patiente est ravie du résultat esthétique.

MON CABINET

10 rue Quentin Bauchart

75008 Paris, France

MES HORAIRES

Du lundi au vendredi : 9h-17h

samedi : 10h-14h

ME CONTACTER